25 février 2011
Posté par admin | Catégorie: | Pas de commentaires

Regards sur la Commune de 1871 en France. Nouvelles approches et perspectives.

Narbonne , Hôtel de Ville, 24-26 mars 2011

Colloque International co-organisé par le Centre de Recherche Espaces, Sociétés, Culture (CRESC, EA 2356, Université Paris13), la Commission Archéologique et Littéraire de Narbonne (CALN) et l’Institut d’Histoire Sociale (I HS) – CGT de l’Aude.

Un colloque international sur la Commune de 1871, en 2011, pourquoi ?

La Commune de 1871 est, cent-quarante ans exactement après les faits, un sujet qui ne semble pas avoir livré toutes ses clefs, et continue donc de passionner les chercheurs et de susciter beaucoup de débats.

La vivacité de ce mouvement révolutionnaire est aujourd’hui source de questionnement sur le vivre-ensemble démocratique. L’effervescence démocratique et sociale qui caractérisa la Commune, la force de l’engagement de ceux qui se lancèrent dans cette insurrection et la violence de la répression qui la suivit, ramènent le citoyen à des universaux sur le pouvoir politique, la démocratie et le changement social ou la révolution comme moment de ce changement. Que voulaient les communards ? Quelles valeurs étaient les leurs ? En quoi croyaient-ils ? Comment pouvons-nous chercher à comprendre leur action, dans cette fin du XIXe siècle, qui nous est à la fois si proche et si différente ? Et que penser de la place et de l’action de tous ceux qui ne se sont pas engagés dans le mouvement communaliste, ou même qui l’ont combattu ?

Ce colloque sera le moyen pour les meilleurs spécialistes français et étrangers de se retrouver pour échanger leurs idées, pour les confronter, mais il sera aussi un l’occasion de donner la parole à de jeunes chercheurs dont les travaux portent des germes de renouvellement. La confrontation des approches des uns et des autres permettra d’avoir une perception plus globale de l’événement, de faire émerger les points forts de la recherche actuelle sur le sujet, et, nous l’espérons, de tracer des perspectives pour la recherche à venir.

Pourquoi à Narbonne ?

Narbonne fut, en 1871, la plus petite ville de France à avoir connu une Commune. Pendant huit jours, des insurgés s’emparèrent de l’Hôtel de Ville et de la sous-préfecture, et, de là, voulurent soulever le Midi contre le gouvernement de Versailles.

Narbonne, c’est aussi le choix de ne pas faire ce colloque à Paris, pour redonner symboliquement sa dimension nationale et non pas seulement parisienne à un mouvement bien souvent connu sous le nom « Commune de Paris ». Narbonne, du point de vue de la recherche, symbolise aussi assez bien un mouvement de renouvellement du sujet qui s’est déployé, suite aux travaux majeurs de Jacques Rougerie, en approchant le sujet par de nouvelles pistes : les communes de province, bien sûr, mais aussi le Tiers-Parti ou les Versaillais, les figures moins connues et les anonymes, les études de quartier, du quotidien, la place des femmes, ou encore les représentations… ce colloque voudrait relier entre eux ces regards et ces débats pour essayer de faire émerger une approche nouvelle et si possible globale de ce mouvement.

Enfin, le soutien de la Ville de Narbonne permet de tenir les séances sur les lieux mêmes de la proclamation de la Commune, à l’Hôtel de Ville, dans l’exceptionnel ensemble architectural du palais des archevêques.

Un colloque ouvert à tous.

Le colloque Regards sur la Commune. Nouvelles approches et perspectives se veut ouvert à tous, plus largement qu’à l’ordinaire dans ce type de manifestation.

Ainsi les organisateurs ne se réduisent pas classiquement à un laboratoire de recherche (ici le CRESC, Centre de Recherche Espaces, Sociétés, Culture / Université Paris 13 / Sorbonne Paris Cité), mais sont aussi un institut d’histoire sociale militant (l’Institut d’Histoire Sociale – CGT de l’Aude) et une vénérable institution locale dédiée à la sauvegarde du patrimoine, instituée à Narbonne depuis 1833 (la Commission Archéologique et Littéraire de Narbonne). Les co-organisateurs, guidés par un comité scientifique étoffé et soutenus scientifiquement par les archives départementales de l’Aude, les archives municipales de Narbonne, les universités de Perpignan, Montpellier 1, deux autres laboratoires de recherche (le CRIDAF / Université Paris 13 et l’UMR FRAMESA / Université de Toulouse 2 – CNRS) et une association très active (l’association Maitron Languedoc-Roussillon), ont eu la volonté permanente à la fois de présenter des débats de très haut niveau mais aussi de permettre leur accessibilité.

Dans cet esprit, des temps de discussion suffisamment longs ont été prévus (une demi-heure) pour permettre les échanges en fin de chaque séance. Dans le cas où des séances se déroulent en parallèle, il a été fait appel à des intervenants qui proposeront au public des synthèses, afin de permettre à ceux qui étaient dans une salle d’avoir tout de même immédiatement la teneur de ce qui s’est dit dans l’autre, sans attendre la publication des actes.

Enfin, le public est invité à se mélanger aux intervenants, que ce soit lors des repas ou lors des pauses, pour des discussions informelles.

Autour du colloque, d’autres événements.

La Commune de 1871. Exposition.
Pour tous ceux qui voudraient en savoir plus sur l’événement, ou auraient envie d’un retour sur image, une exposition est prévue, sur les lieux même du colloque (Hôtel de Ville, salle des consuls).
Exposition ouverte au public du jeudi 24 mars au dimanche 3 avril 2011 (entrée libre)
Vernissage le mercredi 23 mars 2011, 18H, salle des consuls.
Poursuite de l’exposition à la médiathèque de Narbonne.

Commémoration du 140ème anniversaire de la Commune de Narbonne (1871-2011),
par l’UL-CGT Narbonne, la Commission archéologique et littéraire de Narbonne et la Ville de Narbonne.
Départ en cortège de la Place de la Mairie au rendez-vous place Emile Digeon.
Jeudi 24 mars 2011, 18H00.
Apéritif offert par le CIVL (Conseil Interprofessionnel des Vins AOC du Languedoc).

Appel à archives privées ou documents personnels.
A l’occasion du colloque, les archives départementales de l’Aude et les archives de la Ville deNarbonne recueillent des documents originaux. Cette initiative se poursuit après le colloque.
Modalités et précisions sur les documents recherchés, voir ci-contre.
Rens. 04 68 11 31 54 (archives départementales) ou 04 68 90 30 71 (archives municipales)

Libraires et stands en salle des consuls pendant le colloque (24-26 mars).
- Librairie Libellis
- Librairie Place Media
- Librairie du hameau. Vente de livres anciens sur la Commune
- Commission archéologique et littéraire de Narbonne
- Institut d’Histoire Sociale CGT de l’Aude
- Association Génériques et revue Migrances
- Association Les amis de la Commune de Paris – 1871
- Association Maitron Languedoc-Roussillon.

Banquet fraternel occitan. Avec la chorale du chiffon rouge.
Vendredi 25 mars, à partir de 19 heures.
Sous chapiteau, stade Egassieral
Participation : 12 euros
Inscription obligatoire auprès de l’accueil du colloque.

Sur les pas de la Commune de Narbonne.
Visite commentée proposée par le service Culture et Patrimoine de la Ville de Narbonne dans le cadre des activités Ville d’art et d’histoire.
Samedi 26 mars à 15h
Circuit guidé et illustré sur les lieux qui ont connu les événements de 1871
Billetterie et départ à l’Office de Tourisme
Tarifs : 6.50€, 4.20€
Gratuit pour les participants inscrits au colloque
Rens. 04 68 65 15 60